Oaxaca et Monte Alban

Publié le par arnaudetlaura

Retour de plage (on s'est décidé à regrets à quitter Mazunte), direction Oaxaca (prononcé wouaraca), sur les conseils enthousiastes de nos compatriotes expatriés. 

 

C'est une jolie petite ville de 250 000 habitants, très colorée, aux maisons basses et au climat doux, où effectivement nous avons séjourné avec plaisir !

 

P1060492

 

P1060520

 

D'abord pour ses nombreux marchés, dont le marché alimentaire, avec ses spécialités locales que sont :

1) le chocolat !  ça sent jusque dans les rues, les machines à moudre le cacao avec des amandes et du sucre ne s'arrêtent que la nuit... 

2) le mezcal ! les mezcalerias fleurissent partout, on vous ramène d'ailleurs quelques exemplaires dont une crème de mezcal à déguster on the rocks ! très bon ! (et pour le cliché, on ramène aussi celui avec la mite)

3) moins glamour, les sauterelles grillées ! et bien, je vous le donne en mille, on n'a pas goûté... 

 

P1060521

ce ne sont pas des crevettes...

 

C'est aussi une ville culturellement très riche. Jamais vu autant de galeries d'arts ces derniers temps (avec surtout l'art populaire mexicain à l'honneur). 

 

Et bien sûr, une histoire bien remplie comme beaucoup de cités mexicaines. C'est en effet le berceau de la civilisation zapothèque, avec le site archéologique de Monte Alban à quelques km de l'actuel centre ville, qui n'aurait pas révélé tous ses secrets, d'ailleurs.

 

 P1060564

 

P1060575

 

P1060584

 

P1060539

 

Ville coloniale baroque ensuite, avec sa cathédrale construite par les Dominicains et maintes fois restaurée (séismes!), la belle église de la Soledad, le couvent Santo Domingo entre autres (hé! on peut pas tout faire et tout voir non plus...).

 

P1060505

 

P1060511

 

P1060542

 

Enfin, c'est une ville de contestation. En 2006, pendant plusieurs mois, suite à une suppression de postes chez les instits, se sont soulevés activistes, syndicalistes et écologistes, qui ont alors occupés le Zocalo et paralysé l'état tout entier. Cette rebellion a alors été matée dans la violence (et le sang!). Le gouverneur local s'est excusé depuis...

 

Nous sommes d'ailleurs arrivés en plein meeting électoral : d'un côté du Zocalo, un parti qui dénonçait le terrorisme d'état : assassinats, disparitions... De l'autre : concert pop avec une star locale, journalistes et grosse fiesta... assez bizarre...

 

P1060506

 

Côté révolutionnaire, on a pas fini car on se dirige maintenant vers le Chiapas et les zapatistes.

 

A bientôt ! 

Publié dans Mexique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article